Saint Laurent (à lire)

Saint Laurent

Le martyre de Saint-Laurent est présent tout au long de la découverte la statuaire de la cathédrale.

Saint-Laurent est fêté le 10 août

Laurent, lévite et martyre, était d’origine espagnole et fut amené à Rome par Saint Sixte, qu’il l’ordonna son archidiacre. En ce temps-là, l’empereur Philippe et son fils, également nommé Philippe, étaient devenu chrétiens, et s’efforçaient de travailler au bien de l’église. Ce Philippe fut le premier empereur qui reçu la foi du Christ ; il avait été converti, suivant les uns, par Aurigène, suivant d’autres, par sain Ponce. Il régnait dans la millième année de la fondation de Rome, Dieu ayant voulu que cet anniversaire de la ville sainte appartint au Christ et non aux idoles. Or Philippe avait un officier nommé Décius qui s’était rendu célèbre par sa bravoure guerrière. Envoyé en Gaule pour soumettre à l’empire les gaulois rebelles, Décius s’acquitta si heureusement de sa mission que Philippe, pour mieux honorer son retour, alla au devant de lui jusqu’à Vérone. Mais Décius enivré par son succès, projeta la mort de son maître. Une nuit que celui-ci dormait sous sa tente, Décius s’introduisit secrètement auprès de lui et l’étrangla ; après quoi il se gagna, à force de promesses et de récompenses, l’armée qui était venu à Vérone avec le défunt empereur, et il marcha sur Rome à grandes étapes. Alors le fils de Philippe, effrayé, confia à saint Sixte et à Saint-Laurent tout le trésor de son père, en leur enjoignant de le distribuer aux églises et aux pauvres, dans le cas lui-même serait tué par Décius. Puis il s’enfuit est se cacha, pendant que le Sénat alla au devant de Décius et le confirmait dans l’empire. Et Décius, afin de prouver que ce n’était pas par trahison qu’il avait tué son maître, mais par zèle religieux, se mit à persécuter cruellement les chrétiens, ordonnant de les égorger tous sans miséricorde. Des milliers de chrétiens moururent dans cette persécution, et le jeune Philippe, entre autres, y recueillit la couronne du martyre.

Décius fit alors rechercher le trésor de Philippe. On lui amena saint Sixte, dont on lui dit à la fois qu’il était chrétien et qu’il détenait le trésor cherché. Et Décius le fit jeter en prison, pour le forcer à renier le Christ et à livrer le trésor. Et Laurent, marchant derrière son maître, lui criait : «Père, on vas tu sans ton fils ? Prêtre, on vas tu sans ton diacre ?»

Et saint Sixte lui répondait : «ne crois pas, mon fils, que je t’abandonne ! Mais tu as encore à soutenir de plus grand de luttes pour la foi du Christ. Dans trois jours, tu me rejoindras au ciel ! » et il lui remit tout le trésor de Philippe, en lui recommandant de le distribuer aux églises et aux pauvres. Aussi Laurent commença-t-il tout de suite à rechercher les chrétiens, pour secourir chacun d’eux selon ses besoins. Dans cette même nuit, il guérit une veuve que tourmentait de puis longtemps un terrible mal de tête, et, d’un signe de croix, rendit la vue a un aveugle.

Cependant, saint Sixte, s’étant refuser à adorer les idoles, fut condamné à avoir la tête tranchée. Et Laurent marchant derrière lui, lui criait : « Saint-Père, ne m’abandonne pas, car j’ai dépensé déjà le trésor que tu m’avais confié !» Ce qu’entendant, les soldats s’emparèrent de Laurent et le conduisirent devant le tribun. Et celui-ci le mena devant Décius, qui lui dit : «où est le trésor qu’on nous a dit que tu cachais ?» Et comme Laurent ne répondait pas, Décius donna l’ordre le supplicier de la façon la plus affreuse s’il refusait de sacrifier aux idoles et le rendre le trésor.

Alors il y avait dans la prison, un païen nommer Lucillus, qui, à force de pleurer avait perdu la vue. Laurent lui promis de lui rendre la vue s’il voulait croire au Christ et recevoir le baptême. Lucillus se hâta d’y consentir, et demanda avec insistance à être baptisé. Laurent lui ordonna d’abord de se confesser, puis, lui versant de l’eau sur la tête, il le baptisa au nom du Christ. Et aussitôt Lucillus recouvra la vue : de telle sorte que tous les aveugles vinrent trouver Laurent qui, par ses prières, obtint quel usage des yeux leur fut rendu.

….

Alors Décius s’écria : «que l’on apporte un lit de fer, pour que ce criminel y passe la nuit !» On étendit donc Laurent sur un gril sous lequel on mit des charbons enflammés, et où on le maintint avec des fourches de fer. Et Laurent dit : «sache, malheureux, que ses charbons            m’apportent la fraîcheur, et à toi le feu éternel ! » puis s’adressant à son bourreau d’un visage joyeux il lui dit : «tu m’as suffisamment rôti d’un côté, retourne moi de l’autre côté, après quoi je serai à point !»

Nous devons noter que le martyre de Saint-Laurent est considéré comme le plus excellent de tous les martyres des saints, tant pour le nombre et la cruauté des supplices endurés que pour le courage montré par le saint, et aussi pour la bonne influence exercée par sa mort.

Extrait de La légende Dorée de Jacques de Voragine

15 octobre 2016